Activités sportives

Histoire de la course à pied longue distance !

Le sport olympique de la marche athlétique remonte à plus de 200 ans, avec des compétitions sur plus de 1 000 miles. L’activité s’appelait le piétinement et impliquait de nombreux paris.

Le capitaine Barclay

Robert Barclay Allardice, connu de tous comme le capitaine Barclay, est considéré comme le père du piétinement. Le Vintage News dit de lui qu'”il est né en août 1777 à Ury House, juste à l’extérieur de Stonehaven en Écosse, dans une famille d’athlètes qui, dans le passé, pratiquaient la lutte contre les taureaux, portaient des sacs de farine entre leurs dents et déracinaient des arbres à mains nues”.

Il a fait ses études à l’université de Cambridge et, parce qu’il y avait de l’argent à gagner, il a perpétué la tradition familiale de l’athlétisme. En 1800, il parie sur lui-même 1 000 guinées (une guinée étant une unité monétaire privilégiée par les classes supérieures, elle est égale à une livre et un shilling). Le pari était qu’il pouvait marcher 100 miles en 21 heures, bien qu’il existe divers autres comptes quant à la distance et au temps.

Il a échoué à sa première tentative et, comme tout bon arnaqueur, il a doublé le pari. Il échoua à nouveau, mais réussit quand le pari fut porté à 5 000 guinées. Cela représenterait aujourd’hui près de 400 000 livres sterling. Il est clair qu’il y avait beaucoup d’imbéciles qui étaient prêts à se séparer de leur argent.

Le capitaine Barclay a poursuivi ses prodigieux exploits de marche, attirant de grandes foules qui ont payé pour le voir déambuler autour d’une piste en compagnie d’autres marcheurs. J.K. Gillon a enregistré l’un de ses exploits en disant : “En 1808, il a commencé à 5 heures du matin à marcher 30 miles en tirant sur des tétras, a marché 60 miles pour rentrer chez lui en 11 heures, a dîné et marché 16 miles jusqu’à un ballon, est rentré chez lui à 7 heures du matin, et a passé le jour suivant à tirer, après avoir parcouru 130 miles et n’avoir pas dormi pendant deux nuits”.

Son exploit épique a eu lieu en 1809 à Newmarket. Il a parcouru 1 000 miles à pied à un rythme d’un mile en 1 000 heures consécutives. En 42 jours et nuits, il a relevé le défi, prenant entre 14 et 21 minutes pour parcourir chaque mille, ce qui lui a laissé environ 40 minutes par heure pour se reposer, manger, dormir et faire des pauses pour aller aux toilettes.

Le piéton de Blackheath

En septembre 1815, George Wilson, 50 ans, s’est lancé dans un exploit colossal : marcher. Sur une piste pré-mesurée de Blackheath Common, Londres entame une marche de 1 000 miles. Son prix, s’il achevait le voyage en 20 jours, devait être de 100 livres sterling, soit environ 7 000 livres sterling en monnaie actuelle.

Des foules se sont rassemblées pour assister au spectacle fascinant d’un homme en train de marcher. Des vendeurs se sont présentés pour vendre de la bière et de la nourriture. Des animateurs comme des cracheurs de feu et des chanteurs faisaient travailler la foule, tout comme des prostituées et des voleurs à la tire. Les bookmakers faisaient un commerce florissant en prenant des paris sur la distance que Wilson parcourrait en une journée.

Le festival a commencé à devenir un peu bruyant et un avocat a écrit une lettre de plainte aux autorités : “La nuit, le quartier a été assailli par les cris d’ivresse, et les familles des environs perturbées par toutes sortes d’émeutes et de confusion.”

Le bras long de la loi est arrivé. Wilson était aux trois quarts de son odyssée lorsqu’il a été arrêté et accusé de “trouble à l’ordre public”. La foule s’est dispersée et le marcheur a perdu son prix en ne respectant pas les termes du pari.

Lorsqu’il a comparu devant les magistrats, les accusations portées contre lui ont été rejetées.

Le piétinement devient la marche athlétique

La popularité du piétonisme est moins liée au sport lui-même qu’à la possibilité de parier sur le résultat. Cependant, à l’époque victorienne, un courant d’opinion s’est développé qui considérait que le pari souillait la pureté du sport. Entrez dans l’Association britannique d’athlétisme amateur.

Le triple A a décidé d’un ensemble de règles. Personne n’était autorisé à recevoir de l’argent pour participer à des concours et les paris étaient interdits. Cela avait simplement pour effet de faire disparaître ces activités, mais la gentillesse de l’amateurisme avait été préservée.

En 1904, la marche athlétique était jugée suffisamment propre pour devenir une épreuve olympique dans le cadre du décathlon. Quatre ans plus tard, elle est devenue sa propre épreuve et des distances de plus en plus longues y ont été ajoutées depuis.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code